Aller au contenu

Archives

Table des matières
Ouvrir la table des matières >

A l'occasion de l'anniversaire de la librairie en 2019, nous avons édité et offert un livre de souvenirs. Voici donc les meilleurs moments de rencontres de nos dix premières années...

Table des matières
Ouvrir la table des matières >

Joao Ricardo Pedro – La main de Joseph Castorp – Viviane Hamy

4 décembre 2014

La venue de Joao Riccardo Pedro tout droit de Lisbonne est encore une fois liée au festival de l’Arpenteur et à Antoine Choplin et son équipe. C’est du désistement d’un autre auteur portugais à qui Antoine avait proposé une résidence que l’idée de Joao a jailli au milieu d’une conversation. Ce premier roman a suscité un bel engouement dans son pays et sa traduction française reçoit un excellent accueil des libraires. Un peu comme pour Francesca Melandri, Joao Riccardo Pedro sonde l’état actuel de son propre pays à travers son Histoire et y mêle ainsi l’histoire intime. C’est à travers trois personnages de trois générations d’une même famille traversées par les traumatismes du passé que Joao Riccardo Pedro se lance dans cette fresque, à travers la parole du plus jeune, Duarte, qui est de la génération de la révolution des Œillets. Ce qui est très surprenant dans la trajectoire de Joao Riccardo Pedro, c’est qu’il se mit à écrire à la suite d’un licenciement économique, qui fit de lui un chômeur du jour au lendemain. Mais, il l’avoue, écrire était un rêve et, devant cette situation de relative liberté, il ne trouve pas le roman qu’il veut écrire depuis longtemps. Avec beaucoup d’humour, il dit s’être levé tous les matins, ouvrant la bouche devant le miroir pour voir si le roman n’était pas dissimulé dans le fond de sa gorge. En partant des souvenirs de sa propre enfance (il est né en 1973) et de sa génération, apparaît le personnage de Duarte qui est une sorte d’alter ego et qui devient le narrateur de ce questionnement des générations précédentes. La structure qui va se mettre petit à petit en place est totalement guidée par son amour pour la musique classique qui va donner forme à cette histoire écrite comme un concerto. La musique et la peinture s’invitent d’ailleurs largement dans le fil de l’histoire et, s’il s’agit de trois protagonistes masculins, le roman fait la part belle à de magnifiques portraits de femmes. Plus surprenant encore, c’est que ce premier roman fut accueilli immédiatement comme un classique et que son auteur est comparé à Cervantès ou Garcìa Màrquez.

Cette rencontre a pu également avoir lieu grâce à la complicité d’une libraire lisboète, Carmo Gregorio, dans le rôle vital de l’interprète.

Recherchez et commandez

Sur chezmonlibraire.fr,
vérifiez la disponibilité de vos ouvrages et commandez-les facilement en ligne.
Venez ensuite les retirer directement à la librairie !
Paiement en ligne possible sur demande.

Fermer la modal

Table des matières